Plan_Entreprendre_Au_Feminin_Femme_EntreuprenariatSortie du Plan « Entreprendre au féminin – Des opportunités pour elles. Une clé pour la compétitivité et l’emploi »

Sans grands éclats, ce plan s’articule autour des 3 grands freins traditionnels (éducation, réseaux, financement). Dans une démarche systémique, il a le mérite de s’appuyer sur des dispositifs et des acteurs existants pour conjuguer leurs actions en focalisant sur une ambition locale mais commune.

Présenté publiquement le 27 août 2013 par les ministres Fleur Pellerin , Geneviève Fioraso et Najat Vallaud Belkacem en présence des acteurs membres du comité de pilotage et de suivi (Chefs d’entreprise, partenaires institutionnels, partenaires sociaux, réseaux d’accompagnement, Ministères) dans les locaux de l’Entreprise Talentia Software, représentée par Viviane Chaine Ribeiro, ce plan a pour objectif de « lever les 3 principaux verrous » à l’entrepreunariat féminin.

Entreprendre_au_Feminin_Entrepreunariat_Femme.Entreprise_Plan

Présentation du plan « Entreprendre au féminin » le 27 août 2013 chez Talentia Software (Paris). De gauche à droite : Viviane Chaine Ribeiro, Najat Vallaud Belkacem, Fleur Pellerin , Geneviève Fioraso

Faire progresser de 10 points le nombre d’entrepreuneurEs d’ici 2017… oui mais comment ???? 

Dans l’entreuprenariat comme dans les fonctions dirigeantes, même constat : les femmes sont sous-représentées !

La faute à l’audace et à l’ambition (« Les femmes n’osent pas »), d’une part, aux mentalités (les représentations), d’autres part, mais surtout aux systèmes culturels &  éducatifs et aux mécanismes d’accompagnement , de recrutement et de financement.

Chez France Télécom jadis, il a suffit de modifier le process de détection des talents vers plus de pro-activité ainsi que l’âge-cible des Hauts Potentiels (avant ou après l’âge moyen de la maternité) pour modifier positivement le nombre de femmes accédant au vivier des Hauts Talents. Sans pour autant, parler de miracle, il nous faut pourtant dépasser le stade du bilan pour agir et proposer des solutions.

Dans la première partie de la présentation du plan, nous avons entendu des témoignages de femmes créatrices d’entreprise. Rien de jamais entendu, les constats sont identiques à toutes les études déjà publiées mais des témoignages qui confirment avec le constat présenté par la commission :

Les 4 obstacles majeurs que les créatrices d’entreprises rencontrent  

  • Une faible incitation tout au long de la scolarité à l’esprit d’entreprise
  • Des difficultés pour concilier vie personnelle/familiale et vie professionnelle
  • Difficulté à accéder au crédit bancaire particulièrement au démarrage voire elles obtiennent des prêts d’un montant inférieur aux hommes
  • Sous représentation dans les secteur innovants

Est-ce si différent pour les entrepreneurs hommes ???

Evoquant les jeunes diplômées dans le secteur scientifique, Geneviève Fioraso, rappellent que si les filles obtiennent les meilleures notes au BacS, elles ne manifestent pas d’ambition lors des entretiens d’orientation. Un déficit de plus pour la création d’entreprise !!!

 

Il faut donc agir le plus tôt possible dans l’éducation. Et pourquoi pas en cassant les stéréotypes dans les livres scolaires voire….

 

 

Mais stop à la lutte solitaire, dans une seconde partie, les partenaires au plan s’expriment….

 

 

 Mais est-ce un plan pour tous ? 

Une journaliste demande à la fin de la présentation : « concrètement ça veut dire quoi dans ma ville ? »

A cette question, Najat Vallaud Belkacem, répond que ce plan à une visée « géolocalisation » en s’appuyant sur des initiatives locales.

Certes, c’est dans le plan, mais je regrette l’absence de témoins et de participants oeuvrant dans les quartiers dits difficiles (loin des réseaux, en déficit de modèles, bénéficiant d’un handicap supplémentaire) pourtant fortement portés par l’entrepreunariat (peut être à défaut d’emploi, d’ailleurs).

Notons toutefois l’annonce du école de la « seconde chance » ! Apprendre à entreprendre sans (ou presque) diplôme

 

Les 3 volets du plan #EntreprendreAuFeminin : sensibiliser dès la 6eme, renforcer les réseaux existants et faciliter l’accès au financement

Ce plan sera décliner dans l’ensemble des régions par des partenariats entre l’Etat, les collectivités, la Caisse des dépôts et consignations et les financeurs (principalement BPIFrance) et les réseaux d’accompagnement.

Alléger le parcours de la combattante grâce à

Axe 1 : Sensibiliser, orienter et informer 

  • Agir dès la 6eme pour proposer dans les collèges, les lycées et dans l’enseignement supérieur un programme découverte des actions de sensibilisation à l’entrepreunariat féminin et de promotion en mobilisant des cheffes d’entreprise, en incitant la mise en place de module de formation,etc
  • Offrir un site de référence en s’appuyant sur le site de l’APCE  pour donner des information, aider à l’orientation servant aussi d’observatoire.
  • Valoriser l’entrepreunariat des femmes à travers des concours locaux avec l’appui de BPIFrance

Axe 2 : Renforcer l’accompagnement des créatrices 

  • Agir localement par la signature d’accords dans toutes les régions en associant divers acteurs de l’emploi et de l’entrepreunariat ex Missions locales, Pôle emplo, les déléguées régionales aux droits des femmes et à l’égalité (DRDFE) et celles de la DIRECCTE ainsi que BPIFrance et les directions régionales de la Caisse des dépôts. L’objectif est de choisir des actions prioritaires suivant les régions.
  • Agir localement mais globalement afin de concevoir un socle commun de prestation d’accompagnement.

Axe 3: Faciliter l’accès des créatrices au financement

  • « Aider les femmes à rassembler une bonne capitalisation initiale grâce à des solutions de financement spécifiques proposées par BPIFrance à l’instar de ce qu’elle a fait pour le fonds Women Equity Partner ». Il s’agit de renforcer les aides à l’initiative des femmes.
  • Faciliter l’accès des femmes aux financements de droit commun par la signature d’accords avec les banques
  • Soutenir l’entrepreneuriat féminin dans les quartiers

Est-ce un effet d’annonce ?

Ces mesures correspondent aux principaux leviers évoqués dans toutes les études (pour exemple, Octobre 2012, le [Baromètre] L’entrepreneuriat au féminin à la 1er journée nationale de la femme #entrepreneure).

Le plan repose surtout sur les acteurs existants et souhaite renforcer les dispistifs traditionnels en leur donnant plus de moyen de travailler ensemble et localement.

Deux véritables avancés :

  • Dans l’enseignement en proposant de l’information, du conseil en orientation et du lien avec les cheffes d’entreprise et les collégiens-lycéens-étudiants.
  • Concernant les prêts Les propositions semblent séduisantes mais reste à savoir si l’effet crise sera dépassé et si les prêts & les fonds de garantie sont compatibles.

 

 

 

Share and Enjoy:
  • Print
  • email
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • Netvibes
  • RSS
  • Twitter
  • Posterous
  • Technorati
  • Tumblr
  • FriendFeed
  • viadeo FR
  • Diigo
  • Identi.ca
  • Wikio FR
  • MySpace
  • PDF
  • Reddit
  • StumbleUpon