Comment et pourquoi  raconter une histoire ? – Le guide, la méthode.

La singularité de la marque personnelle repose en partie sur vos éléments identitaires tels que votre histoire de vie, vos valeurs, vos talents, votre personnalité…. Les mettre en relief, les exsuder afin qu’ils soient entendus nécessite de la mise en forme pour : « mettre du liant », « partager avec émotion », « susciter de l’intérêt » …. afin d’impacter et de favoriser la mémorisation. Savoir raconter non pas des histoires mais Son histoire et pas que. Résumé du livre Storytelling, le guide de Stéphane Dangel et Jean-Marc Blancherie »

Des principes extraits de «La méthode Storytelling » de Stéphane Dangel avec la participation de Jean-Marc Blancherie

En novembre 2009, Jean-Marc Blancherie, a eu la gentillesse de m’envoyer une copie de « La méthode Storytelling » (Editions du Désir – Septembre 2009). Mais jusqu’à présent, je n’avais pas pris le temps d’en faire un résumé.

Or, depuis 2 ans, le  mot « StoryTelling » est dans toutes les bouches des marketeurs et des communicants. Des blogs, des slides, des livres ont été publiés pour expliquer comment appliquer le StoryTelling.

N’ayant jamais abordé le sujet sur ce blog, je vous propose de vous livrer ce que j’ai retenu à travers la lecture de ce livre.

L’ouvrage se présente comme un guide : c’est en effet, un bon livre pour qui souhaite connaître la genèse du storytelling, découvrir les subtilités de la construction d’une histoire avec des exemples récents et des références historiques.

Les récits sont un outil pour apprendre à apprendre car aliment le goût de découvrir  de projeter son savoir , des idées, les convictions à ses clients et prospect pour se singulariser.

Qu’est-ce qu’une histoire ?

La question semble simple et pourtant il y a une diversité des histoires:

  • Les contes de fées ont des variantes selon les pays, les régions
  • Les histoires traditionnelles vs. storytelling organisationnel : Elles n’ont pas de fin et peuvent commencer au milieu, s’exprimer à plusieurs voix et sur plusieurs canaux
  • Les histoires vs faits. Pas seulement des faits, des vignettes, anecdotes, exemples …

Le storytelling contemporain s’inspire:

  • Des contes de fées, on peut retenir : une architecture comprenant des personnages, un contexte-décor, le problème qui déclenche l’histoire, des événements et la résolution du problème
  • Ou des histoires plus structurées comprenant une scène, localisée précisément dans l’espace et le temps, une action, des personnages, un challenge et la résolution du problème accompagnée de la leçon à en tirer
  • Ou plus léger. Steve denning voit trois partie: le héros situé dans l’espace et le temps, le héros a un problème, le problème est finalement résolu. C’est l’exemple de Hamlet en 3 acxtes

Diversité des structures : Deux exemples avec 4 ou 6 séquences

  • Dickman part du monde philosophe grec avec les quatre éléments feu (passion, émotion), air (antagonisme; le problème) , terre (le héros dans sa réalité et ses actions), eau (la transformation dans la vie du héros)
  • Edward Wachtman: une intrigue (que se passe t il que va t il se passer et pourquoi) , les thèmes de l’histoire (contexte émotionnel), les tensions (les conflits) et le symbolisme  (métaphore du message)

Mais aussi:  les histoires formatrices, les histoires “vision”, les histoires qui illustrent des valeurs en pleine action, les histoires “je sais ce que vous pensez”, les histoires sans mot, les histoires en nuage de mots, les histoires en power point

Comment utiliser le StoryTelling ?

Storytelling d’influence

Steve Denning a défini une typologie des histoires en fonction de leur objectifs, leurs usages dans The leader’s guide to storytelling;  Huit narrative patternes

  • Déclencher, orienter, faire passer à l’action ses collaborateurs : partir d’une success story du passé les auditeurs peuvent se projeter dans leur propre histoire , leur propre défi
  • Inspirer confiance: histoire personnelle basée soit sur des forces soit sur la manière dont des faiblesses ont été surmontées Une histoire trop parfaite perd en crédibilité et empêche l’auditeur de se l’approprier
  • Fédérer autour de valeurs: une histoire va rendre plus concrète des valeurs abstraites
  • Donner une vision du futur : on ne peut plus prévoir à coup sur mais sans être trop descriptive elle rendra cette vision moins rigide et plus ouverte
  • Donner de la visibilité à des réalités: un travail narratif plus conceptuel qu’une production d’histoire racontée
  • Mettre en place une démarche collaborative: histoire d’un succès collaboratif pour générer la mise en place de la démarche collaborative
  • Partager des connaissances
  • Faire face à des rumeurs: cad lutter contre des histoires à l’aide d’autres histoires

Le story telling sur le leadership

  • Histoire personnelle: qui suis je ?
  • Une histoire collective: que faisons nous là ?
  • Une histoire du présent: le monde, l’entreprise, son secteur d’activité, la société dans son ensemble

Elevatoir speech

  • Le nom, la fonction ou la situation professionnelle
  • L’enjeu
  • Le pb rencontré et ses implications … sous forme de vécu au singulier
  • Le produit ou le service
  • Les effets le résultat de cette solution
  • Appel au passage à l’acte .. d’achat : une invitation à un événement, histoire

L’histoire fondatrice

Le story telling comme technique de vente

Apllications inattendues: réinventer une ville , un pays, CRM storytelling, communication financière, le storytelling pour explorer les rêves,
une histoire pour se faire recruter (wiki,blog) ou pour contrer des histoires….

Check List

  1. N’essayez pas de raconter des histoire qui ne vous parle pas
  2. Mettez vous à la place d’un auditeur et réfléchissez que va t il entendre de et dans votre histoire
  3. Testez votre histoire avant de la raconter : pour de vrai
  4. Assumez votre relation avec l’histoire que vous racontez
  5. Évitez le coté ostentatoire et moralisateur en conclusion d’une histoire

Technique de la colonne vertébrale

Shawn Callahan, a popularisé dans le monde le storytelling des organisations avec la construction du “Story spine”
Un modèle qui fournit des débuts de phrases à compléter

  • Il était une fois….. Le catalyseur de l’action:: jusqu’à ce jour…
  • Les conséquences de cet incident
  • Et à cause de cela ….
  • La sortie de crise : jusqu’à ce que finalement…..

Comment commencer une histoire ?

  • Par une scène poignante, haute en couleurs, qui a du punch qui donne l’effet d’une histoire qui promet
  • En donnant le ton d’entrée : il faut qu’il y ait une vraie intensité dramatique
  • En utilisant le langage commun : voire même très commun cru
  • En instillant d’entrée des indices du message
  • En entrant rapidement dans l’action

Les qualités de l’efficacité d’une belle histoire ?

  • L’endurance: la performance s’inscrit dans la durée Le histoires puissantes finissent par devenir des mythes
  • La force: Son caractère astucieux, sa brièveté et sa force émotionnelle
  • Faire sens: L’histoire qui explique et fait comprendre ce qui s’est produit dans le passé et augure le futur
  • Le confort: personnelle ou empruntée à autrui, heureuse ou triste le narrateur doit se sentir à l’aise avec son histoire
  • La clarté : On pourrait considérer ce critère comme étant toujours ou n’étant jamais rempli car difficile à mesurer. Il faut toucher dès la première fois par le ton, une anecdote, des indices, etc.
  • La crédibilité: Plus que des faits et des chiffres. Donner du contexte, des dates, des lieux et des situations
  • L’éveil des sens: une histoire doit permettre à l’auditeur de vivre l’événement
  • La surprise et l’inattendue
  • La pertinence: éthique pas de l’esthétique

 Plus d’infos

Share and Enjoy:
  • Print
  • email
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • Netvibes
  • RSS
  • Twitter
  • Posterous
  • Technorati
  • Tumblr
  • FriendFeed
  • viadeo FR
  • Diigo
  • Identi.ca
  • Wikio FR
  • MySpace
  • PDF
  • Reddit
  • StumbleUpon