« Le début de la 2eme révolution algérienne, la révolution des idées, de l’innovation et de l’esprit d’entreprendre » dixit Ismail Chaib, l’initiateur de l’idée. Depuis 2 ans, plus de  plus de 2500 TEDx ont été réalisés dans le monde. L’Algérie a franchi le pas ce 9 avril 2011 grâce au Club ETIC de l’école supérieure d’informatique (ESI). En lançant ce 1er TEDx en Algérie, ces étudiants de 20 ans  viennent de réaliser un exploit en saisissant la place de « 2nd TEDx organisé par des étudiants dans le Monde » !  Leur devise « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » (Mark Twain), les a conduit à une réussite au-delà des espérances. Ils m’ont surpris par leur vivacité, leur pugnacité et leur professionnalisme. Mais le TEDx tranche avec l’ordinaire conférence . Ainsi, la contrainte (TEDx) de 120 places, l’absence de streaming, la démarche « story telling » et son aspect « mondial » ont suscité quelques déceptions. Pourtant la satisfaction se voyait pleinement sur le visage des participants.

Retour sur une journée mémorable au TEDxAlger sous le thème « L’esprit d’entreprendre »

= Si vous ne connaissez pas l’esprit TED, je vous invite à lire mon billet précédent intitulé « Comment réussir sa présentation TEDx cas #TEDxAlger » =

Ce devait être une journée mémorable.. Ce fut le cas et bien plus

Cette journée a donné le coup d’envol à de nombreux événements. La semaine du Web est déjà programmée pour ce mois d’avril du 18 au 23 au Cyber Park; d’autres TEDx sont en préparation en langue arabe & berbère et j’ai cru entendre que l’ambition était de démultiplier le concept dans d’autres villes algériennes.

Lors des pauses, j’entendais « Je ne pensais pas que l’on pouvait réaliser un événement comme celui-ci en Algérie » « Wow c’est inhabituel » « C’est rafraîchissant et dynamisant » « J’ai des idées plein la tête » « J’ai passé une excellente journée ».

Faut dire que dans la salle, les chefs d’entreprise présents été émerveillés au point de rester toute la journée malgré un emploi du temps chargé : « ça me rappelle ma jeunesse… des idées plein la tête et l’envie de créer, d’innover… » Le public étaient néanmoins variés: des étudiants, des entrepreneurs, des professeurs, des travailleurs, des parents…. Tous n’ont eu que des éloges à faire aux organisateurs et aux speakers.

Et ça nous le devons à une bande de jeunes de 20 printemps : 14 du Club ETIC et une trentaine de « sourires » – c’est le surnom de tous les jeunes venus renforcés l’équipe d’organisation afin d’assurer la décoration, l’accueil, la relation avec les sponsors, la logistique, les transports, le coaching des intervenants, l’hôtellerie,etc.

Et oui c’est tout cela le TEDx : du marketing, de la communication mais aussi toute une logistique pour assurer le déplacement des intervenants et l’assurance de réaliser un « show » bien orchestré.

Et pour moi, ce fut une vraie bouffée d’air. J’ai rencontré des personnes extraordinaires et une Algérie qui me donne envie de croire à l’impossible. C’est avec beaucoup de fierté que j’ai franchi les marches de l’auditorium :-)

Les axes d’amélioration

Néanmoins, en voulant faire mieux et plus, l’équipe de choc a suscité de la déception. Le TEDx est limité à 120 places. Il est généralement retransmis en direct. Mais voilà , le serveur a lâché, le streaming n’a pas marché. Or, afin d’ouvrir au maximum l’accès au TEDxAlger en live, les étudiants avaient prévu deux amphithéâtre de 600 places avec une retransmission qui n’a pas fonctionné. Une leçon à retenir pour les prochains : faire moins mais mieux. Ceci étant à leur décharge, l’internet est encore instable en Algérie et pas que…. récemment le streaming de France Télévisions a également lâché lors d’un débat.

Le TEDx est un programme ambitieux, des speakers locaux et/ou internationaux issus de différentes disciplines défilent sur une scène pour partager « Des idées pour changer le monde » en mode chrono (18 minutes). La contrainte imposée par le TED limite le nombre de participants in situ (120 pers.) mais généralement, les conférences sont retransmises en directe – lorsque la technique est au rendez-vous – ; dans tous les cas, elles disponibles sur le Web. Le principe étant : « C’est en écoutant les idées dans d’autres domaines que le sien qu’on a de nouvelles idées dans sa spécialité, puisque le monde est connecté . »

Pour sa première édition, le TEDxAlger a proposé une palette d’intervenants femmes et hommes qui ont souhaité intervenir en français. Un choix qui peut décevoir les berbérophones et arabophones mais qui va permettre aussi à toute la communauté francophone de visualiser les vidéos ultérieurement. Les algériens compris. En effet, la particularité de l’Algérie est d’être le pays le plus francophone du Maghreb alors que l’arabisation de l’enseignement a démarré au début des années 70. Comme le relatait le bédéïste algérien Gyps  « Qui suis-je ? – Berbère ? Phénicien ? Vandale ? Romain ? Arabe ? Français ? Algérien ? » ; la question de l’identité algérienne est un sujet complexe et houleux. Quelque soit le choix de langue; il se fera toujours au détriment d’une autre. C’est le cas de la langue berbère par rapport à la langue arabe et de manière différente avec la langue française, du fait de la relation passionnelle entre la l’Algérie et la France. Toutefois, le débat sur le choix de la langue n’est pas typique à l’Algérie.  Récemment ce sujet a suscité de grandes discussions dans la communauté MediaAces lorsque les organisateurs ont annoncé que la prochaine conférence se déroulerait en France mais en anglais. Idem pour Le Web où tous les intervenants interviennent en anglais.

C’est un véritable enjeux: faut-il viser le plus grand nombre ? Faut-il accentuer le facteur local ? – Pour ce qui concerne l’Algérie, la réponse viendra peut être avec les prochaines éditions et les ambitions affichées (notamment sur les thématiques abordées).

10 intervenants, 10 conférences, 10 idées, 1 seul message fort !

Ainsi, au TEDxAlger, 10 speakers au lieu de 11 (Mustapha Ferfaha, le nouveau DG de la Bourse d’Alger, était excusé) dont 4 exerçants leur activité professionnelle à l’étranger (Londres, France) ont partagé leurs expériences et leurs visions des enjeux de demain pour l’Algérie entrepreneuriale. L’esprit d’entreprendre au sens large (projet, création d’entreprise) a été développé avec des approches disciplinaires très variés: industrie, assurance, économie, développement, High Tech, communication, musique, juridique, presse,etc.

VOIR LES 11 VIDEOS DU TEDxALGER

Dans la catégorie « Entreprendre en Algérie

  • Abdelkader Aïssaoui, PDG de la filiale poids lourds de Renault Algérie
  • Hind Benmiloud, première avocate en Algérie, spécialisée dans la cybercriminalité

Dans la catégorie « Entreprise et Tech »

  • Abdelhakim Bensaoula, professeur à l’université de Tlemcen, ayant plusieurs brevets à son nom, dont certains concernant la NASA
  • Fadhila Brahimi, moi 😉
  • Nesma Houhou, fondatrice de Kyutai Conseil, spécialisée dans l’art du pitch et des présentations power point

Dans la catégorie « Success Story »

  • Hassan Khelifati, fondateur et DG de la compagnie d’assurances Alliance
  • Merzac Bagtache, journaliste et écrivain
  • Akim El Sikameya, violoniste et auteur compositeur de musique andalouse

Dans la catégorie « Entreprendre pour changer le monde »

  • Rabah Ghezali, diplômé de Cambridge et d’Oxford, membre fondateur du Transatlantic Network
  • Hadj Khelil, fondateur de la société Bionoor et enseignant à Montpellier
  • Abdelkader Abid, docteur en cardiologie

Le potentiel vous tend les bras

Tous les intervenants avaient pour idée majeure de mettre en exergue  les potentiels à développer en Algérie. Le marché est vierge, tout est à construire, les idées ne manquent pas… c’est à vous de créer les opportunités et de saisir là maintenant car c’est le moment propice pour entreprendre.

L’entrepreneur n’est pas qu’un être rationnel, il faut mettre de la folie et de l’humour (lâcher prise) pour entrevoir l’impossible. La richesse est dans les hommes et dans la terre. Les clefs sont dans la responsabilités sociale et environnementale.

Les algériens doivent cultiver leur identité en créant leur propre modèle de réussite. Maîtriser l’art de pitcher pour convaincre et générer des élites visionnaires pour conduire ici et maintenant le pays vers les économies qui feront de l’Algérie l’une des grandes puissances du continent africain.

Développer l’esprit d’entreprendre s’entend comme un état d’esprit qui vient des tripes. Il ne faut ni avoir peur d’échouer, ni avoir peur de réussir car le combat est inscrit dans l’histoire des algériens. Durant les années noires , l’Algérie a amorcé une révolution. L’heure est à la révolution des idées et de l’innovation.

Or, tous les potentiels est là. Il suffit d’y croire… la preuve en est dans le témoignages de ceux qui ont bravé les difficultés des années de crise. Peut être que vous trouverez l’essence, le bon en cultivant interactivité.

Pour finir, commençons par le début

Le mot d’ouverture, avec une vidéo prise à la volée par un participant.

Ceci en attendant les vidéos officielles.

Un grand merci à toutes et tous :-)

0 liste afin de  n’oubliez personne.

AU SUIVANT l’histoire commence maintenant !

Share and Enjoy:
  • Print
  • email
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • Netvibes
  • RSS
  • Twitter
  • Posterous
  • Technorati
  • Tumblr
  • FriendFeed
  • viadeo FR
  • Diigo
  • Identi.ca
  • Wikio FR
  • MySpace
  • PDF
  • Reddit
  • StumbleUpon