La notion de carrière professionnelle ou de plan de carrière est morte.

Depuis la fin des années 90, nous savons que le « plan de carrière » n’est plus linéaire mais fractionné par 2 changements au min.  sur la base de cycles d’exploration et de stabilité.  Aujourd’hui, nous parlons de la mobilité, de l’employabilité…. Bref de navigation professionnelle en mode projet. Ce que je nomme régulièrement Projet de Vie professionnelle.

La carrière c’est un concept désuet

Reprenons un instant les schémas de Hall et Mirvis issus de mes anciens cahiers RH pour comprendre pourquoi alors que nous avons radicalement changer notre manière de gérer notre vie professionnelle, il y a autant d’incompréhensions et de tensions.

Ci-dessous une représentation du plan de carrière lambda vieux de 30 ans  inscrit dans la mémoire collective dont il nous faut nous libérer.

Les vieux paradigmes

Dans ce schéma la carrière débute vers l’âge de 22 ans; elle atteint son point culminant vers 40 ans (l’âge d’or pour devenir Cadre) et nous propose gentillement de freiner nos désirs d’évolution vers 60 ans afin d’emprunter le chemin de la fin de vie professionnelle pour décrocher d-o-u-c-e-m-e-n-t la Retraite (le pompom doré).  Vous remarquerez qu’à 40 ans on peut briller une évolution de grand Chef ou gagner en stabilité ou encore démarrer prématurément une lente progression vers la fin de vie professionnelle.

Sans détour: ce schéma étant ancré dans les représentations mentales et dans les processus de la gestion des carrières; on comprend aisément pourquoi les juniors courent avec difficulté après les responsabilités et le statut de Cadre et, pourquoi l’emploi à partir de 40 ans est en difficile à obtenir.  

Une réalité admise que partiellement

« Non admise » est un grand mot. Pourtant, nous savons depuis la fin des années 90 que le premier emploi stable s’obtient vers l’âge de 30 ans; que nous vivons de manière continue des cycles d’apprentissage et de stabilité avec au minimum 2 grands changements (entreprise et/ou de famille de métier) voire 3 si nous comptons le décrochage qui s’opère à la sortie de la formation initiale; avec une trajectoire qui s’étend au delà de l’âge de 40 ans.

Ce schéma correspond a une réalité que nous connaissons mais qui est en dissonance avec les pratiques de 2010. D’un côté, la réforme des retraites intègre l’enjeu de la notion de l’allongement de la vie professionnelle ; d’un autre côté le taux d’emploi des 55-64 ans n’atteint que 39% (fin 2009). Autrement dit, même en voulant travailler 61% des séniors s’entendent dire « Aie, ça va dure de trouver un job !« 

Une évolution évidente mais lente

Non seulement la carrière et les terminologies comme « le plan de carrière » sont d’une ancienne génération, mais la relation au travail a également changé.

Je me répète mais les évidences, le sont que lorsqu’elles sont dites:

1/ L’Entreprise n’est plus éternelle et vit au rythme des restructuration, des fusions et acquisitions, des transferts d’activité, des dépôts de bilan et des liquidations

2/ Le changement est stabilité et acquisition de compétences

3/ L’emploi se gère en fonction de ses projets de vie personnelle (changement d’horaires, changement de région, changement de famille de métier, etc)

De ce fait, la relation au travail et à la notion d’emploi a changé et intègre les notions d’épanouissement et d’adéquation à ses aspirations.

Je partage avec vous un tableau d’Amy Wrzesniewski que j’ai découvert lors d’une conférence animée par Véronique Beltz dans les sessions de formation organisée par l’International Coach Federation (ICF)  sur la psychologie positive.

Aujourd’hui, le travail n’est plus seulement un moyen qui permet de gagner  de l’argent pour vivre mais un tremplin pour se réaliser et s’épanouir.

La carrière aux oubliettes, pas si facile à mettre en place !

A chaque terme, un paradigme est associé, une représentation collective s’inscrit ce qui freine le changement. Cependant, pour le moment les termes proposés sont moins sexy et peinent à modifier les pratiques : employabilité, navigation professionnelle, propret professionnel personnalisé (PPP), projet de vie professionnel et personnel, trajectoire professionnelle.

Même si l’accord de 2004 sur la formation professionnelle a introduit la notion de co-responsabilité dans l’emploi pour faciliter les changement de trajectoire notamment en renforçant le dispositif du Bilan Professionnel et Personnel et en augmentant le nombre d’heures de formation professionnelle (DIF);

L’esprit « projet de vie professionnel » n’a été que partiellement développé. Alors que les pays nordiques et le Canada…et d’autres, ont non seulement introduit mais dématérialisé l’outil « Portfolio » (portefeuille de compétences tout au long de la vie); nous en France, nous avons crée une étape intermédiaire en attribuant un « passeport formation » dont personne ne parle.

En somme, ça ressemble à l’affaire du carnet de santé jaune et bleu des années 90 jamais utilisé juste avant la sortie de la carte vitale.

Alors commençons par le dire et le faire !

Pour clôturer cet article, je vous propose de découvrir deux vidéos du succès réalisées par HK et PPC pour aborder son plan de carrière projet de vie professionnel avec sérendipité et méthode.

Le plan de carrière ?

Comment changer de vie et de métier ?

Share and Enjoy:
  • Print
  • email
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • Netvibes
  • RSS
  • Twitter
  • Posterous
  • Technorati
  • Tumblr
  • FriendFeed
  • viadeo FR
  • Diigo
  • Identi.ca
  • Wikio FR
  • MySpace
  • PDF
  • Reddit
  • StumbleUpon