« J’ai façonné mon identité numérique en cohérence avec la femme que je suis : créative, hyperactive, aux multiples centres d’intérêts. » Dixit Sandrine Joseph

Gérer sa carrière, s’investir dans la vie citoyenne, cultiver sa passion, animer sa présence numérique… Tout un programme pour la Femme des années 2000 !

Alors quand on a un patronyme & un prénom communs ça devient compliqué pour se différentier.

Sandrine Joseph a relevé tous ses défis en gérant sa marque personnelle d’une main de maître.

C’est une femme noire engagée et hyper-active qui bénéficie d’une grande visibilité (web et presse) tout en étant salariée dans un grand groupe français.

J’ai souhaité l’interviewer pour qu’elle partage avec nous sa stratégie de présence. Comment s’organise-t-elle  ?


Sa mini-bio

Sandrine JOSEPH est une femme d’affaires aux multiples talents, créative, aimant l’action et les résultats concrets. Experte en stratégie telecoms / média, elle a mené d’ambitieux projets dans des domaines aussi variées que les ventes, le marketing, les réseaux, le système d’information, la finance à l’international.

Elle est aujourd’hui Directrice du pôle Talent Management chez France Telecom – Orange .

Elle a co-fondé le réseau d’affaires RISKANGEL permettant à des entrepreneurs de lever des fonds.

Son élection au Conseil d’administration en tant que Secrétaire Générale de l ‘ European Professionnal Women’s network (EPWN) salue et encourage ses efforts pour promouvoir le leadership des femmes en entreprise.

FB : Sans langue de bois j’aimerais  te poser une question directe: tu portes un nom commun, tu es salarié d’un grand groupe, tu es une femme, Noire… très engagée sur le Web et dans des réseaux avec des interventions remarquées. Tout cela n’est-il pas compliqué à gérer ?

Sandrine Joseph:

Je consacre 1 à 2 heures par jour à gérer ma présence numérique : répondre aux diverses sollicitations (demandes de mise en relation, conseils, rendez-vous, …) et alimenter mes blogs, poster des commentaires. D’ailleurs, je ne regarde que les demandes de mise en relation motivées, les autres sont systématiquement rejetées.

Enfin, je publie essentiellement quand j’ai envie de dire quelque chose sur mes engagements, mes activités associatives : mon réseau d’affaires RISKANGEL, mon collectif artistique Arts & Talents et mes engagements pour la promotion de la femme en entreprise (EPWN, Black Women in Europe, … ). Je ne suis pas dans une quête d’acquisition d’audience, même si je regarde avec attention mes statistiques pour mieux comprendre ce que les personnes qui atteignent mes sites recherchent et pour ajuster mes publications et interventions en conséquence.

Si mon exemple peut inspirer donner du courage à d’autres jeunes femmes à dépasser les clichés et les barrières mentales associées à la femme Noire, j’en suis heureuse. Si le fait d’être visible permet de faire changer les mentalités, j’en suis également ravie.

C’est aussi le sens de ma présence sur le web : je me rends compte que peu de Noirs communiquent sur leur réussite. J’ai décidé d’assumer pleinement et d’être heureuse de mes accomplissements passés et de faire connaitre mes ambitions futures.

FB : Comment gères tu le fait d’avoir un nom commun et surtout de nombreuses homonymes sur le Web ? Quels sont tes astuces pour te différencier ?

Sandrine Joseph:

J’ai façonné mon identité numérique en cohérence avec la femme que je suis : créative, hyperactive, aux multiples centres d’intérêts.

Je me suis amusée à faire le compte des Sandrine Joseph sur Facebook : j’en ai trouvé plus d’une vingtaine! D’ailleurs, toutes ne sont pas Noires :) Certes, la première que je me suis googlisée, je suis tombée sur ce texte poétique érotique écrit par une autre.

Le véritable moteur de mon action sur le web n’a pas été une quête de la différenciation à tout prix par rapport à mes homonymes. J’ai plutôt souhaité m’exprimer sur mes engagements et mes convictions, notamment, sur la promotion de la femme en entreprise. Dès 2000, mes compétences en stratégie marketing et communication multimédia et mon expérience en conception de système d’information m’ont particulièrement aidé à développer une stratégie et à la mettre en œuvre par la création de mon collectif artistique Arts & Talents.com, puis mon blog Poto-mitan.com.

Je suis également présente dans les réseaux sociaux. Je consacre plus de temps à Linkedin qui répond plus à ma culture business. Les recommandations sur mon profils viennent compléter mon discours sur mes activités. (Linkedin, facebook, Twitter, …). Dernièrement, j’ai créé un club pour les professionnels de l’innovation et du marketing stratégique sur Linkedin.

Enfin, mes interviews régulières dans la presse écrite et autres médias web varient mes prises de parole et cible une audience bien plus large que celle de mon blog.

FB : Être salariée d’une entreprise et parallèlement active sur le Web et en IRL avec des responsabilités. ça demande de l’organisation mais aussi de la souplesse. Quels sont tes secrets de jeunesse ? :-)

Sandrine Joseph:

Mon secret de jeunesse? Une recette de grand-mère : O-R-G-A-N-I-S-A-T-I-O-N ! .

FB : Nombreux s’interrogent sur l’utilité de développer son réseau et d’avoir une activité publique en plus de son travail. Qu’en penses tu ?

Sandrine Joseph:

Je lis des articles sur internet, voire des livres qui donne des conseils sous l’angle c’est incontournable de avec une dizaine de points. Pour ma part, je considère qu’il n’y a pas de recette ni d’obligation. Il faut être cohérent avec qui l’on est, et ce l’objectif que l’on souhaite atteindre ayant une vie privé, une vis professionnelle et une vie publique.

Ma vie publique est une conséquence de mes engagements associatifs, et cette communication est devenue centrale car cette activité publique est importante. Pas tant dans une dimension égo-centrée, mais parce qu’elle touche et interpelle d’autres personnes, derrière tout cela il y a une création de valeur . La vraie difficulté est de trouver un équilibre de vie privée, vie professionnelle , vie publique … y compris sa présence numérique!.

FB : Tu es une femme et black de surcroit. Quelles visions as-tu du Networking féminin ? et pour les femmes de couleur ?

Sandrine Joseph:

Je me sens et je vis ma vie comme une femme. Souvent, je suis perçue comme avant tout une Noire. Je regrette que nous en soyons encore là, en France. Certes, je croise plus de femmes Noires dans les réseaux européens et américains que dans les réseaux Français que ce soit des réseaux virtuels ou des rencontres dans des lieux publics.

Le plus important, Noire ou pas d’ailleurs, est d’avant un réseau généraliste (pour mettre en œuvre le 6 dégrées :)) et un réseau spécialisée où il sera d’autant plus facile de discuter et échanger avec les membres que le fond de la conversation sera son expertise ou centre d’intérêt. Il est plus facile de briller sur les sujets que l’on maîtrise et pour lesquels on a envie de s’engager que de tomber dans le piège du conformisme ou des livres recettes qui n’incluent que trop rarement dans leur approche le respect de la personnalité de l’individu et ses envies profondes. N’est-ce point là le point de départ du personnal branding?

Sandrine Joseph reçoit Outre Mer Network

envoyé par outremernetwork. – L’info internationale vidéo.

Véritable symbole de la femme « potomitan » , femme de conviction , de talents à multi facettes qu’elle sait décliner dans sa pratique managériale au quotidien chez Orange ainsi que dans ses nombreuses initiatives professionnelles et associatives. Un exemple de plus du dynamisme des ultras marins au coeur de l’entreprise !!

FB : As tu des références, héros ? Et pourquoi ?

Sandrine Joseph:

La référence est de loin Barack Obama qui a réussi à faire de son nom un marque et surement la plus grosse de levée de fonds en un temps record. Il est parti du web pour asseoir une crédibilité acquise en tant que Sénateur américain certes, mais pas en tant que présidentiable. Il a communiqué à toute la planète des messages simples et compréhensible. Au-delà de son élection, il a redonné un nouveau soufle à la politique américaines (records d’affluence dans les bureaux de votes), il a acquis une universalité qu’aucun homme politique n’a pu conquérir avant lui. Sa campagne et sa communication acutelle sont de loin une leçon permanente de bon sens, de stratégie, de succès en politique et … un parfait exemple de gestion subtile de sa vie privée.

En savoir plus Sandrine Joseph

Share and Enjoy:
  • Print
  • email
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • Netvibes
  • RSS
  • Twitter
  • Posterous
  • Technorati
  • Tumblr
  • FriendFeed
  • viadeo FR
  • Diigo
  • Identi.ca
  • Wikio FR
  • MySpace
  • PDF
  • Reddit
  • StumbleUpon