barcamp e-reputation paris personal branding fadhila brahimi by XTOF 3Définir les contours de son identité numérique, c’est bien; trouver le curseur entre privé/public et personnel/professionnel c’est encore mieux ! La question est: Où poser le curseur ?

Retour sur l’un des sujets du Barcamp e-réputation Paris avril 2009 dans l’espace Personal branding.

Photo signée xtof


Il n’y a pas de distinction entre les identités personnelles et professionnelles.

J’affirmais le mois dernier que je ne voyais pas de distinction entre les identités numériques personnelle et professionnelle.

Tout au moins, que cette distinction tend à disparaitre de manière significative dans ses traits traditionnels (notamment par l’affirmation de sa singularité et l’interopérabilité des plates formes) et de manière certaine pour la génération « Native Digitale »A ce propos, je vous invite à (re) voir la vidéo dans l’article: « Etes vous Natif-ve digital-e ou Migrant-e digital-e ?« .

En revanche, nous avons des identités numériques publiques, privées et « partagées »

Je suis certaine en fait que la distinction se situe plus au niveau de l’affichage privé et public. Auquel nous pouvons ajouter les strates inhérents à la création de groupes de partage. Ce que je souhaite partager et avec qui ?

Dans tous les cas, il y a une démarche professionnelle à adopter pour gérer toutes nos identités. C’était l’objet de cette vidéo trottoir réalisée par l’équipe YouOnTheWeb lors du Barcamp parisien sur l’e-réputation le 6 avril 2009.

Que peut-on montrer, dévoiler au grand public ?


J’ai récemment eu l’occasion d’échanger avec Christophe Lefevre alias Bleebot du célèbre blog Techtrends sur ce point (vive le Web et ses rencontres hors de nos frontières françaises !). Il me parait évident que la frontière entre le public et le privé est une affaire individuelle et culturelle.
Nous entrons ici dans le domaine de la perception.

Dans ce domaine, l’éventail des impressions et des avis est très très large.
Entre les digitals addicts et les Newbies (« débutants »); entre les anglophones, les asiatiques, les européens, les arabes… etc, le rapport à l’exhibition et de facto à la pudeur est différent.

Réminiscence du passé: Je me souviens du regard intrigant de mes collègues il y a une dizaine d’années en écoutant un cadre suisse se présenter en commençant son élocution par « J’ai 3 enfants, l’un voyage et l’autre… et moi j’aime le jardinage… ». Cette présentation aujourd’hui est courante.

Edouard Leclerc intitule une de ses rubriques Bio  » Tel père tel fils » et raconte son parcours, ses rêves, ses passions sur son blog « De quoi je me M.E.L« .
Mais qu’en est-il de l’exposition de ses enfants sur le Web comme chez poppyrose : ça vous dérange, vous incommode, vous dépasse…  ??? J’avoue être perplexe; les enfants sont mineurs ont-ils le choix ? Mais encore une fois, il s’agit de Ma perception.

Où placez vous le curseur privé / public ?

Pour ma part, voici mon résultat SocioGeek ; si vous ne l’aviez pas remarqué je m’expose sur le Web mais uniquement sur des aspects sociaux et professionnels; peu voir quasiment rien sur mon univers familial, amical proche et sentimental mais avec des éléments dits « personnels ou hors professionnels » ex la musique, les messages « fun », photos des déjeuners networks, déplacements …

Et vous, qu’en est-il de votre jardin privé ?

Share and Enjoy:
  • Print
  • email
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • Netvibes
  • RSS
  • Twitter
  • Posterous
  • Technorati
  • Tumblr
  • FriendFeed
  • viadeo FR
  • Diigo
  • Identi.ca
  • Wikio FR
  • MySpace
  • PDF
  • Reddit
  • StumbleUpon